Mr Robot : la série certifiée par les hackers

Synopsis

Elliot Alderson est un jeune informaticien vivant à New York. Il travaille comme ingénieur en sécurité informatique pour une société nommée Allsafe Security. Elliot est plutôt spécial, il souffre d’un trouble du comportement. Il lutte constamment avec la dépression et l’anxiété sociale (et forcément les drogues n’aident pas 😈 ). Le processus de pensée d’Elliot est perturbé par la paranoïa et l’illusion. Son passe temps : pirater les données personnelles des gens pour rentrer dans leur intimité et dévoiler leurs faces cachées au grand jour. Il se considère comme un cyber-justicier.

Suite à la cyber-attaque d’un client d’Allsafe Security sur laquelle il intervient, il rencontre un mystérieux anarchiste dans le métro qui se fait appeler Mr Robot. Cet anarchiste est à la tête d’un groupe de hackers connu sous le nom de Fsociety (Fuck Society). Cette bande de pirates est à l’origine de l’attaque, le but étant de faire passer un test à Elliot pour le convaincre de rejoindre leurs rangs.

Le but du groupuscule Fsociety est de rétablir l’équilibre et la liberté dans la société en détruisant les infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde. Plus particulièrement le conglomérat E Corp qui représente 3/4 du chiffre d’affaires de la société dont Elliot est employé : Allsafe Security.

Pourquoi on vous conseille cette série ?

  • Un point de vue politique bien tranché

    La série prend une position radicale sur le système politique en vigueur, Mr Robot dresse le portrait d’un monde dystopique dans lequel la simple défaillance informatique entraîne la quasi-destruction de tous les avoirs financiers de la planète. Une destruction qui dirigera le monde dans un chaos durable dans lequel gouvernements, organismes banquiers et conglomérats d’entreprises chuteront à tour de rôle.

  • Une vision différente sur le hacking

    La série apporte un nouveau regard sur le monde des hackers trop souvent cantonné et réduit au piratage informatique. Mr Robot dessine le visage du hacking contemporain, on oublie les clichés classiques sur les hackers et le jargon ultra-technique pour paraître crédible. Pour les néophytes comme moi, les techniques utilisées dans la série sont compréhensibles, et pour les plus férus en termes de sécurité informatique, elles sont pertinentes. De plus, on comprend que le hacking n’est pas qu’une question informatique, mais qu’il est aussi important de bien comprendre la psychologie et le fonctionnement des personnes que vous voulez hacker pour parvenir à vos fins. C’est donc ce mix entre hacking et analyse psychologique qui rend cette série si particulière.

  • Un protagoniste bien fou comme on aime

    Le personnage d’Elliot Alderson, un petit génie de l’informatique qui se voit comme un Robin des Bois des temps modernes, désintéressé de l’aspect pécunier, il veut juste rétablir l’ordre et l’égalité dans la société en venant en aide aux plus démunis. En revanche, c’est une personne complètement perdue socialement, il évite le contact avec les autres et ne sait pas gérer ses relations humaines. Le jeune hacker est aussi atteint d’une certaine forme de schizophrénie, on va pas se le cacher, bien alimentée par sa consommation quelque peu excessive de drogues. Il se bat sans relâche contre son jumeau maléfique et tente en vain de le faire disparaître. 

    Si vous avez aimé le personnage de Dexter, foncez, cette série vous plaira ! Il existe une forte analogie entre les deux personnages. Les deux combattent le crime de manière illégale, les deux ont des « boulots » visant à stopper des personnes comme elles, les deux collectionnent en trophée des souvenirs de leurs victimes. Et surtout les deux sont « chtarbés » et ça on aime !

Babic

Rédacteur 3.0
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *